Eden numérique au Domaine de Chaumont sur Loire

IN – OUT / Paradis Artificiels 2017 de MIGUEL CHEVALIER
Musique : Jacopo Baboni Schilingi

in-out_5
IN-OUT Paradis Artificiels 2017 – Miguel CHEVALIER

Miguel Chevalier revient au Domaine de Chaumont dans le cadre de la 26e édition du Festival International des Jardins. Après avoir couvert le monde d’une peau de pixels à Singapore, Shanghai, Berlin, Fès, Ibiza ou Paris notamment lors de la Art Paris Art Fair de 2014 avec  « L’Origine du Monde » projeté sur  la façade du Grand Palais, Miguel Chevalier a imaginé « IN – OUT / Paradis Artificiels » est une installation multisensorielle pour le parc du Domaine de Chaumont-sur-Loire et accompagnée par une musique générative originale de Jacopo Baboni Schilingi.
Une architecture demi-sphérique recouverte de films holographiques, s’irise au soleil, tel un scarabée géant de 12 mètres de diamètre. Selon la luminosité, cette œuvre embrasse toutes les couleurs du spectre lumineux et attire le visiteur.

Invité à pénétrer dans ce dôme géodésique, le visiteur découvre à l’intérieur d’un second dôme un jardin virtuel projeté sur les parois à 360°. L’isolation du dôme intérieur par un couloir circulaire permet l’immersion complète du visiteur dans ce paradis artificiel. L’architecture demi-sphérique et le dispositif de miroirs occultant la vision des angles repoussent les limites de l’espace virtuel. Le visiteur quitte ainsi la réalité et profite de cette expérience d’immersion unique où tous ses sens sont mis en éveil. Ce jardin virtuel explore avec poésie la question du lien entre nature et artifice. Le jardin se renouvelle et se métamorphose en permanence, enrichi par la musique de Jacopo Baboni Schilingi.
Projetée sur les parois à 360°, l’installation numérique “Trans-Natures” sollicite d’abord le sens de la vue. Après “Sur-Natures” et “Fractal Flowers”, “Trans-Natures” présente une nouvelle génération de plantes et de fleurs artificielles démesurées.

Par cette immersion au cœur de cette architecture demi-sphérique enveloppante, ce monde virtuel reconfigure notre vision du lointain et du proche, ouvre sur l’infini. Les plantes tournoient et s’entrelacent en un mystérieux ballet végétal. La légèreté de leur danse trace les contours d’un jardin, qui comme un microcosme, semble résumer l’évanescence de la beauté et de la vie.

IN – OUT / Paradis Artificiels 2017 – Miguel Chevalier
Musique : Jacopo Baboni Schilingi – Logiciel : Claude Micheli – Production technique : Voxels Productions

26e Edition du Festival International des Jardins

FLOWER POWER – LE POUVOIR DES FLEURS

Domaine régional de Chaumont-sur-Loire
41150 Chaumont-sur-Loire
Du 1 avril 2017 au  2 novembre 2017

www.domaine-chaumont.fr

http://www.miguel-chevalier.com/fr/out-paradis-artificiels

IN - OUT
IN-OUT Paradis Artificiels 2017 – Miguel CHEVALIER

Grâce au soutien de Claire et François Durand-Ruel, Danièle Kapel-Marcovici / Présidente de la Fondation Villa Datris, Brigitte Lescure et Emmanuel d’André, Antoine Wargny / Wargny Assurances, Lélia Mordoch / Galerie Lélia Mordoch – Paris / Miami, Nicolas Gaudelet / Voxels Productions

 

IN - OUT Paradis Articiels
IN-OUT Paradis Artificiels 2017 – Miguel CHEVALIER

Crédit photo : Miguel Chevalier

Gareth NYANDORO au Palais de Tokyo

EXPOSITION  /  GARETH NYANDORO  « STALL(S) OF FAME »

14 Juin – 10 sept 2017  (Résident Sam Art Projects)

Auya matissue akachipa akasimba!
Auya matissue akachipa akasimba!(Cheap and Strong Toilet Tissue Mobile Shop), 2015, ink on paper, 220 x 310cm, courtest of the artist and Tiwani Contemporary

Le Palais de Tokyo présente la première exposition personnelle en France de Gareth Nyandoro. Cet artiste zimbabwéen combine des objets tridimensionnels avec des collages bidimensionnels créés à l’aide d’une technique de l’artiste qualifie de  ‘Kuchekacheka’.

En encrant, coupant, grattant et en épluchant des couches de papier superposées, Nyandoro crée des surfaces texturées de motifs complexes dans des palettes monochromatiques vives. Ce jeu d’incision laisse apparaitre les couleurs des feuilles inférieures. Un réseau de lignes issues des entailles amplifie les mouvements représentés ou brouille les figures qui tendent alors à l’abstraction. Ces fresques à la fois graphiques et sculpturales, convoquent des références à la vie sportive, et par extension, à l’organisation sociale et politique de l’Afrique.

L’installation  invite à circuler autour des œuvres sur papier, parmi les personnages représentés à échelle 1 et au milieu d’un espace qui semble rejouer celui de la rue.

L’interaction humaine dans l’environnement urbain est un thème récurrent dans le travail de Nyandoro alors qu’il poursuit son enquête sur les problèmes d’urbanisation, d’aliénation, de déplacement, de diversification et de reconstruction sociale qui composent le tissu social zimbabwéen actuel.

Commissaire : Adélaïde Blanc

Gareth Nyandoro
Gareth Nyandoro, portrait

BIO /         Né en 1982 à Bikita,Gareth Nyandoro vit à Harare (Zimbabwe). Il a représenté le Zimbabwe à la 56e Biennale de Venise (2015). Après avoir étudié en Arts au Harare Polytechnic College, ainsi qu’à la Chinhoyi University of Technology (Zimbabwe), Gareth Nyandoro a été en résidence à la Rijksakademie, Amsterdam (2014 – 2015). Son travail a fait l’objet de premières expositions personnelles : « Paper Cut », Tiwani Contemporary, Londres, 2017 ; « Gareth Nyandoro », Galerie 23, Stichting Beeldende Kunst, Amsterdam, 2015 ; « Weaving Life », Gallery Delta, Harare, 2013 ; « Mutariri », National Gallery of Zimbabwe, Harare, 2012.

Il a également été présenté dans le cadre de plusieurs expositions collectives, parmi lesquelles : « A Moment of Grace », Modern Art Oxford (2016) ; « RijksakademieOPEN 2015 », Rijksakademie, Amsterdam (2015) ; « Trek: Following Journeys », Smac Gallery, Cape Town (2015) ; « Zimbabwean Contemporary Art », Galerie 23, Amsterdam (2013). Il est représenté par Tiwani Contemporary (Londres) et SMAC Gallery (Cape Town).

Sa résidence de trois mois avec SAM Art Projects à Paris, en France se termine par cette exposition individuelle au Palais de Tokyo, ouverte le 14 juin 2017.

 

PALAIS DE TOKYO

13, avenue du Président Wilson 75116 Paris

www.palaisdetokyo.com/fr/

NIUArts MAG #1

NIUarts MAG est une petite compilation de certains des articles que j’ai publiés en 2016 je vous la propose sous la forme d’un magazine qui se feuillète online. Je vous invite à le consulter dès maintenant en cliquant sur l’image ou le lieN suivant. Bonne lecture.

couv-niuarts-mag
Couverture du magazine NIUArts MAG #1 créé par Patrice HUCHET photo : Javier Riera

« Destination » de Chiharu Shiota

vue de l'expo S. Chiota

Après sa remarquable intervention, exceptionnellement blanche, au Bon Marché Rive Gauche à Paris au début de l’année, l’artiste japonaise Chiharu Shiota est de retour à Paris dans les deux espaces de la Galerie Daniel Templon dans ses deux couleurs fétiches le rouge et le noir.

Dans l’espace principal de la galerie règne une installation in situ spectaculaire et immersive. Flotte dans un océan tissé de fils rouges, un immense bateau de 5 mètres dont l’armature de la coque ressemble à un squelette humain. Sommes-nous dans un océan rouge ? Dans un organe qui nous digère ? Dans le ventre d’une mère nourricière avant de naitre ? Dans la toile d’une araignée géante ? Les œuvres de Chiharu Shiota engagent l’implication mentale et corporelle du spectateur. Protéiforme et extrême, sa pratique artistique explore les notions de corps, de temporalité, de mouvement, de mémoire et de rêve.

A cet environnement répondent de grandes peintures tissées, les Skins, renvoyant à des visions tout aussi poétiques et ambigües du corps, de sa surface, de ses réseaux de connexion. C’est la première fois que Chiharu Shiota présente ses tableaux qui ont nécessité un très long travail de recherche et de mise au point avant de voir le jour. Des œuvres complexes et absolument remarquables.

Une nouvelle série de sculptures inédites de fils rouge emprisonnant des objets – robe, arme – complète cette exposition évocatrice des questionnements métaphysiques de l’homme, de ses difficultés à comprendre le monde et des relations complexes entre les êtres.

Vue de l'expo Destination_Galerie Daniel Templon_Paris 2017 (1)

A l’occasion des 500 ans du Havre, Chiharu Shiota présentera également du 27 mai au 8 octobre 2017, Accumulation of Power, une grande installation in situ dans la fameuse Église St. Joseph du Havre – architecte Auguste Perret.

Chiharu Shiota « Destination »
20 mai – 22 juillet, 2017
Galerie TEMPLON  – 30 rue Beaubourg – Paris

http://danieltemplon.com/