La vie « normale » de Robert l’extraterrestre

Brice Krummenacker a réalisé un projet particulièrement intéressant et plein d’humour sur la vie de Robert Maurice Dubois, un extraterrestre.

rdmgeek_3543
©Brice Krummenacker

Dans cette série le personnage semble avoir une vie tout à fait normale voire banale, notamment sur l’un des clichés où il est vêtu d’un chandail sur un fond de papier peint kitch.  Il travaille, bronze, fait la fête, mange,  à un détail prêt sa tête d’extraterrestre, bien sûr,  et son menu. La preuve en image…

Un des visuels de la série illustre actuellement l’affiche du Festival Circulation(s), le Festival de la Jeune Photographie Européenne (du 26 mars au 26 juin au Cent Quatre et dans le métro et quelques gares parisiennes.)

ROBERTNOEL

http://bricekrum.com/

Publicités

London Deconstruction de Carsten Witte

bvsxL-KuPaRT4yqbEaCP4XvOqhJbc0TU4IiSB8ylWUYXdJp-JeJrjib-ps9HsI4sNbO7tqJy7UBsXtIjRAnYBpc-1dvkI-IHdAx6pfDs-yKk9dk3WDisZn6jcfBxxNp97Ps7=s0-d-e1-ft
©Carsten Witte

Connu plutôt pour ses magnifiques photographies de nu féminin, Carsten Witte, photographe allemand basé à Hambourg, sort de son studio pour réaliser des images urbaines hypnotisantes.

BN5US2pbL358XctXL_Rld1ffomjqmCNxQhh_JXttBSnOZHQd4F74eJxT_VrEFUlNXrVYttHfRP5Lx-kefAheG2LWYhCGisDXem481BjKAUDz_luAY7Hc21Ntgs8A5eZ8DQ=s0-d-e1-ft
©Carsten Witte

Après une première série de clichés appelée « NYC Fractal « , Carsten Witte, passionné par les buildings de New York, l’artiste proposait des imagesde façades de bâtiments où formes se marient aux reflets. Dans cette nouvelle série intitulée « London Deconstruction » son écriture s’est affinée. Les immeubles prennent des allures surréalistes, les édifices paraissent subir des tremblements donnant une forme de fragilité et d’abstraction à notre monde moderne. Le monde s’effondre-t-il ou sommes-nous entre deux espaces-temps ?

Jim Denevan, l’art du géoglyphe éphémère

DZpCjIhu7nLPN0vHZqY5FcuHpuA1j1h781Nri2lcGtHgtnxK928YeIm15-K4v7QbuanBaqws9MgGP0LtVwTHBYbAFn8uKD-0lBdODxEFRd9ydsmCvoEPLf_HLRv8anNW=s0-d-e1-ft
©Jim Denevan

©Jim Denevan

L’artiste Jim Denevan est spécialiste du dessin grandeur-nature. Entre land art et art éphémère qui rappelle les fameux géoglyphes Nazca dans la cordillère des Andes.  Jim Denevan, muni de râteaux, balais et autres outils, crée des dessins temporaires sur le sable, la terre et la glace qui sont finalement effacées par les vagues, la météo et le temps.

Après avoir réalisé des œuvres monumentales dans le désert de Black Rock (Nevada) en 2008 et 2009,  sur le lac Baïkal gelé (en 2010), Il poursuit son travail en décorant les plages avec des œuvres qui prennent tout leur sens une fois prises en photo avec un drone.

http://www.jimdenevan.com/oxkOcg-hc6YVMDqOtlABhio3RAPdf8QTyr1kHr3Z-PDWvjJuSH280GSteHxmMiMTOCfW2bfJHq3xgCYfNPv1JYJwARyJXwBayUhSOvmn6bBqVgza6GpkdMNzudHnBEQ=s0-d-e1-ft

4ZttJL7CtLPUolsfsYZwJeEz8BiR4b5FesXzgBQBHdSANubnyIPej6RiDLKqnyBpdbDsrJleczRvBITe8sEDLizIX1rJqfopYxdHHOfHV4DMXJ1Oa6vs-gqFqNe-lLw=s0-d-e1-ft
©Jim Denevan
8S3VwQtRP8Ze4zhVNW59u1uJCnmhFVWBlaOL6V19F0t8ptHN4X1JlTsQJZpcZStfyOZoRYfUaDdOes5B3Q0X9MoHbPWsJZ-QrfYbdH0hikwd55LfUTWP9StFEAwUjutd=s0-d-e1-ft
©Jim Denevan
EfTczQF8XeY591z87BqGrRaqzxSiQa5ODTbQVODoCZ9kG0qX9rtlRGFxh9emxhvItQF4u7bofXsIFDLNqz5EAXqiLx8xG5iVCLWHEuTQeKZirvWHX7WSllnOnOAQpUg=s0-d-e1-ft
©Jim Denevan
Ff7OqO22v_edU4mKor8trlBYWO_K7LKoh6U0bVzgUtbh61LEeM6CkiI8IirAiwngCoNygEbQy4xWitOeiVir52oDcRCBtwiRliz5UP6FrwZVH4aWdrqlK5KecsU9DA0=s0-d-e1-ft
©Jim Denevan
GaUwgfHryubeRFGMc8TvePDyPSD942gZCaL3cHxJ3gnfRnnyWEnOzOrnxYbweK9eQXQ1Gby4gZ55Q1MIOnTu1BXWrQc0hEQ-oRsL6n_0GJqDgeBiej7o_LWCC0N4h90=s0-d-e1-ft
©Jim Denevan
hFyAZFNp0oMWb1wB3XBawxEHn4PRL-l0vDZx23JQquNwyoiUQmfd2HvH68lR2Ipu-jUlZ9-1bWNPFbkE9r9jGprQauFH2-tFB3Bakx0TD9TIuiqk8L64gGEPN0eAeZXQ=s0-d-e1-ft
©Jim Denevan

Erik Johansson, nouveau Magritte

6c1a2a5a2d6b1dd9268060b7fa01ebb2
© Erik Johansson

Erik Johansson, héritier de Magritte, réinvente le surréalisme. Tel un chirurgien de la photographie il recompose des mondes. Il recoud la peau d’un monde imaginaire né de ses inquiétudes postmodernes, d’un soupçon de science-fiction, et de beaucoup de poésie.

Avec lui le monde s’effrite, s’enfonce, s’effiloche, s’étire souvent entre deux espaces temps.

Son travail est actuellement visible au musée de la photographie de Stockholm jusqu’au 10 avril 2016.

static1.squarespace.com3
©Erik Johansson

EXPOSITION
Erik Johansson : Select Works
du 26 février au 10 avril 2016
Museum of Photography (Fotografiska)
Stadsgårdshamnen 22
116 45 Stockholm
Suède
http://fotografiska.eu
http://www.erikjohanssonphoto.com

 

 

 

 

Jérémie Nassif, « l’instant expressif » et « Voltige »

Coup double pour Jérémie Nassif avec deux expositions à Paris, l’une à la galerie Sit Down et l’autre sur les façades du cinéma MK2 bibliothèque dans le XIIIe, ainsi qu’un livre aux éditions du Regard invitent à découvrir le travail délicat et tout en nuances de Jérémie Nassif.

La série Voltige est née d’une rencontre avec Bartabas, créateur du spectacle équestre Zingaro. Après avoir vu son exposition à la Maison européenne de la photographie, ce dernier incite Jérémie Nassif à photographier les chevaux comme les danseurs, ses premiers sujets.

Photographe autodidacte, Jérémie Nassif s’évertue donc à vouloir montrer, au sein d’une même image, le déplacement dans l’espace d’un sujet. Il n’est pas question d’en reconstituer les étapes à la manière d’un Eadweard Muybridge ou d’un Étienne-Jules Marey car son but n’est ni scientifique ni documentaire, il suffit de voir ses images pour s’en rendre compte. L’intention de Jérémie Nassif est “d’allonger le temps”, comme il le dit lui-même. Il veut montrer un réel qui s’est déroulé sur une durée qui s’étend au-delà d’une fraction de seconde. Ce que José Alvarez nomme dans le texte du livre paru aux éditions du Regard “l’instant expressif”. Ni collage ni surimpression, “ce que je montre dans mes photos s’est passé devant moi”, précise-t-il. C’est en effet le résultat d’une recette, comme il l’appelle lui-même, qu’il a mise au point. Tel un alchimiste qui aurait trouvé la formule pour changer le plomb en or, Jérémie Nassif parvient à transformer le réel tout en s’en faisant le témoin. Au final, ce n’est pas tant la technique mise en œuvre qui compte mais le résultat : “A chacun de se réapproprier les images en fonction de son histoire et de son vécu”, note-t-il.

EXPOSITIONS
Voltige
Jérémie Nassif
• Jusqu’au 6 avril 2016
Galerie Sit Down
4, rue Sainte-Anastase
75003 Paris
France
http://www.sitdown.fr
• Jusqu’au 16 mars 2016
Sur les façades du cinéma MK2 Bibliothèque
128/162 av. de France
75013 Paris
Paris

LIVRE
L’instant expressif
Editions du Regard
83 pages
26 €

« Fluid Space » d’Andrey Yakovlev et Lili Aleeva

Avec le couple de photographes et de directeurs artistiques Andrey Yakovlev et Lili Aleeva la fashion week devient Flashy(on) week !

Colorful-and-Wavy-Fashion-Photography13
« Fluid Space » d’Andrey Yakovlev et Lili Aleeva

Ils nous proposent une nouvelle série de photographies de mode colorée et conceptuelle intitulée « Fluid Space ».

Inherit the Dust de Nick Brandt

INHERIT THE DUST (Hériter la poussière) nouvelle série/ livre/expositions et salons

Inherit the Dust, Nick Brandt4

Le photographe Nick Brandt est à l’origine d’un projet intitulé Inherit the Dust au sein duquel il souligne le fait que l’urbanisation croissante et rapide de l’Afrique a chassé de leur habitat naturel les éléphants, lions, léopards et autres animaux emblématiques du paysage africain. Les savanes sont aujourd’hui le territoire des hommes avec de nombreuses villes en construction. Pour parvenir à ce résultat époustouflant et évocateur, l’artiste a placé des portraits de ces animaux, imprimés en taille réelle et placés dans ces lieux en respectant les lignes d’horizon des photographies, pour donner l’impression que les mammifères figurent dans leurs habitat d’origine.

Ce travail fait l’objet de différentes expositions de grands tirages que l’on a pu voir récemment à l’Armory Show à New York. Il sera présenté à la Edwynn Houk Gallery (NY) à partir du 10 mars, à Los Angeles au Fahey / Klein Gallery (24 Mars) et nous pourrons le voir en Europe avec une présentation lors de la prochaine Art Paris Art Fair (30 Mars-3 Avril ), des expositions solo à Camera Work à Berlin (12 mai), le 18 mai dans un grand espace d’exposition pour Atlas Gallery chez Photo Londres au Somerest House et, l’exposition la plus grande et la plus complète, au Fotografiska Musée le 20 mai.

Un livre paru depuis le 1er Mars, 2016 en Amérique du Nord, paraîtra le 4 Avril au Royaume-Uni, en Europe et dans le reste du monde.

http://houkgallery.inheritthedust.com/

http://www.nickbrandt.com/

Continuer la lecture de Inherit the Dust de Nick Brandt

Cao Dieng, Human Flowers

Cao Dieng voit la beauté intérieure des personnes qu’elle photographie extrêmement fleurie. La preuve en images.

cf0620fcb6773b09ded039fc147d0845
© Cao Dieng, Human flowers

Milk Gallery présente « Interstice », une installation d’Andrew Thomas Huang.

Actuellement la Milk Gallery présente « Interstice », une installation d’Andrew Thomas Huang.


INTERSTICE – Trailer

by Andrew Thomas Huang

http://www.andrewthomashuang.com Featuring flex dancers Bones the Machine, Brixx & Slicc A LEGS and Milk Gallery Project on view at Milk Gallery March 2 – Apr 3, 2016 450 W. 15th St New York, NY

 

Il s’agit de sa première exposition personnelle avec une installation filmique multi-sensorielle et une sélection des tirages numériques inspirés par des danses du lion, la chasse aux démons, des fonctions occultes, et les représentations du voile et de tout ce qu’il en est venu à symboliser. Venant de Legs Media, Interstice présente la collaboration de Huang avec les danseurs New-Yorkais Flex, Bones the Machine, Brixx and Slicc, ainsi que l’artiste-chorégraphe Jason Akira Somma, le musicien CFCF nominé aux Grammys et les créateurs de mode threeASFOUR.

Interstice vise à construire un rituel inspiré par les pratiques orthodoxes médiévales (orientales et occidentales) d’éloignement des mauvais esprits et de la divination qui « raréfient le voile » entre ce monde et un autre. Interstice  présente ce voile « comme un tour de magie indépendant : une seconde peau métamorphe qui est chargée d’énergie potentielle pour manipuler des identités, des visions du monde et des dimensions spatio-temporelles qui seraient autrement rendues incommensurables en leur absence. Interstice est une tentative de traverser le voile qui obscurcit notre vison collective pour atteindre un espace intermédiaire. Un espace interstitiel. »

EXPOSITION

Interstice Installation d’Andrew Thomas Huang du 2 mars au 3 avril 2016

Milk Gallery  – 450 West 15th St – New York, NY 10011 – Etats-Unis

T : 212-645-2797

http://www.themilkgallery.com

ANDREW THOMAS HUANG, artiste cinéaste

Andrew thomas Hyuang exp_08_v23
Andrew Thomas Huang

Andrew Thomas Huang, artiste cinéaste, vit et travaille à Los Angeles. Il a étudié l’art et l’animation à l’Université de Californie du Sud, d’où il sort diplômé en 2007.Les films et vidéos de Huang sont exposé dans nombreuses institutions notamment au Museum of Modern Art à New York , au MoMA PS1, au Barbican Centre à Londres, à la Postmasters Gallery à New York et au Musée d’ Art Contemporain de Los Angeles.

En tant que cinéaste expérimental son travail comble le fossé entre l’art vidéo et le cinéma. Ses œuvres pluridisciplinaires intègrent souvent l’action réelle, les marionnettes, la danse et l’animation. Il s’est développé une solide réputation notamment après avoir beaucoup travaillé avec l’artiste islandaise Bjork et Sigur Ros (entre autres) pour il réalise des clips ou plutôt de véritables œuvres mêlant vidéo et numérique. Les tirages issus de ses réalisations montrent des personnages monstrueux mi homme mi bête, sorte de fétiches numériques. Fascinant !

http://www.andrewthomashuang.com/index.html