Les 4 nommés du Prix Marcel Duchamp 2016

duchamp1-tt-width-653-height-368-fill-1-crop-0-bgcolor-ffffffLe Comité de sélection composé de 11 collectioneurs de l’Adiaf présidée par Gilles Fuchs, a dévoilé jeudi 4 février chez Artcurial les noms des quatre artistes nommé pour le Prix Marcel Duchamp 2016. Il s’agit du français Kader Attia, connu pour ses installations inspirées par l’actualité ; Ulla von Brandenburg, artiste allemande résidant à Paris, spécialisée dans les tableaux vivants ; le peintre camerounais Barthélémy Toguo, réputé pour ses œuvres polymorphes mettant en avant le voyage et l’exil ; la photographe franco-marocaine Yto Barrada, dont le travail inclut photographies, sculptures, éditions et installations.

Découvrez le travail de ces artistes

Kadder Attia          kaderattia.de

kader_attia_ghosts_4

Kader Attia, artiste franco-algérien, qui a la double nationalité, est profondément marqué par les différents allers-retours qu’il effectue entre sa banlieue (Dugny – Seine Saint Denis) et l’Algérie (Bab El Oued) avec sa famille. Il utilise cette expérience de vie, cette double culture, comme un point de départ pour développer une œuvre dynamique qui réfléchit sur l’esthétique et l’éthique des cultures différentes.
Son approche poétique et symbolique explore les répercussions étendues d’hégémonie culturelle moderne Occidentale et le colonialisme sur des cultures non-occidentales.
Il analyse la politique identitaire d’époques coloniales et historiques, de la Tradition à la Modernité, à la lumière de notre monde globalisé, dont il crée une généalogie artistique.

——————————————————————
Yto Barrada         www.ytobarrada.com

Yto-Barrada-Girl-in-red-Tangier-1999

Yto Barrada (Maroc, France, née en 1971 à Paris) a étudié l’histoire et les sciences politiques à la Sorbonne, la photographie à New York. Son travail – incluant photographies, sculptures, éditions et installations – a commencé par explorer la situation inédite de sa ville natale, Tanger. Son travail a été exposé à la Tate Modern (Londres), au MoMA (New York), à la Renaissance Society (Chicago), au Witte de With (Rotterdam), à la Haus der Kunst (Munich), au Centre Pompidou (Paris), à la Whitechapel Gallery (London) et à la Biennale de Venise (2007 et 2011).

Elle est désignée artiste de l’année par la Deutsche Bank (2011), à la suite de quoi son exposition Riffs circule largement. Barrada est aussi la fondatrice et la directrice de la Cinémathèque de Tanger. JRP Ringier publie en 2013 une monographie de son travail. Elle bénéficie de la bourse pour la recherche en photographie 2013-2014 du Peabody Museum (Harvard University) et reçoit le Prix Abraaj en 2015.

Yto Barrada est représentée par Pace Gallery (Londres), Sfeir-Semler Gallery (Beyrouth-Hambourg) et par la Galerie Polaris (Paris).

——————————————————————

Ulla von Brandenburg          www.galerieartconcept.com

ulla-von-brandenburg-tableau-UVB663

Ulla von Brandenburg est née en 1974 à Karlsruhe. Elle vit et travaille à Paris.

Le travail d’Ulla von Brandenburg se caractérise par la diversité des médiums et supports qu’elle utilise et transforme en une thématique complexe. Les motifs apparaissent alors dans des contextes différents, les performances renvoient aux wall paintings, aux dessins qui eux mêmes s’avèrent être les esquisses des vidéos réalisées par l’artiste; vidéos qui à leur tour deviennent les matrices de futurs objets, sculptures manufacturées. L’idée et l’imagerie du carnaval sont très présentes dans son travail. Elles lui permettent de transgresser en quelque sorte l’ordre social et d’évoquer notre société au travers d’images anciennes, de masques, de costumes relevant de la tradition populaire, mais aussi de partir en quête d’une nouvelle identité tout en mêlant subtilement la réalité et les apparences dans des mises en scènes théâtrales.

——————————————————————

Barthélémy Toguo         www.barthelemytoguo.com

barthélémy toguo

Barthélémy Toguo est né en 1967 au Cameroun. Il vit et travaille entre Bandjoun, New York et Paris. Après avoir fait des études à l’école des beaux-arts d’Abidjan en Côte d’Ivoire, il est reçu à l’École supérieure d’art de Grenoble, où il continue son apprentissage artistique, qu’il terminera à l’Académie des beaux-arts de Düsseldorf. En 2008, il crée Bandjoun Station, lieu de résidence et d’échanges artistiques situé sur les hauts plateaux à l’ouest du Cameroun.

Barthélémy Toguo ne cesse d’éprouver, à travers sa vie et son œuvre, une forme de nomadisme culturel. Il explore l’un des paradoxes les plus sensibles à l’ère de la mondialisation: les tensions entre libre circulation des biens et des personnes et immigration irrégulière.

[Crédit Photos : © Kader Attia, Ghosts ; © Yto Barrada, Girl in red, Tangier, 1999 ; © Ulla von Brandenburg, Sieben Farben, Bänder ( Sept couelurs, Rubans), 2016, Courtesy Galerie Art : Concept ; © Barthélémy Toguo, Purification V, 2005]

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s