VnH Galerie ouvre ses portes avec Pascale Marthine Tayou.

Pascale Marthine Tayou « GRI-GRI » jusqu’au 20 juin

11182261_1558954944378853_8467991087772451312_n

Du nouveau à Paris. Après le départ d’Yvon Lambert, qui a quitté sa galerie parisienne fin décembre pour se consacrer à sa fondation en Avignon, Victoire de Pourtalès et Hélène Nguyen Ban reprennent le flambeau et créent VnH Gallery. Avant une ouverture officielle en septembre prochain, elles invitent Pascale Marthine Tayou et nous propose dans ce lieu chargé d’histoire et d’expériences artistiques, un voyage dans l’univers poétique du plasticien camerounais.

Un itinéraire quasi chamanique qui nous mènera jusqu’à la grotte « GRI-GRI » qui donne son nom à cette exposition. Dès l’entrée les repères sont perturbés avec des panneaux lumineux qui déclinent le mot « fermé » dans toutes les langues et pourtant nous invitent à franchir le seuil de la galerie. La première salle, telle une entrée en matière initiatique, présente des fresques de craies. Derrières ces panneaux répétitifs de craies aux couleurs pastelles que se cache-t-il ? Des mots, des comptines, des dessins, des schémas, des prières… sans doute tout cela, répété tout au long de l’enfance toute en douceur. Initiation à la connaissance et à la spiritualité.

Dans la seconde salle, accueillis par un arbre aux esprits. la magie opère. Ici, tout rappelle le vaudou ou l’animisme, à commencer par cet arbre central portant des masques de cristal.  Baobab ? Arbre à palabres ? Arbre aux esprits ? Celui-ci siège sous un immense nuage de tuyaux métalliques qui évoque la circulation de messages magiques, de voix des ancêtres, des augures, portés par le vent. De chaque coté, nous sommes encadrés par des pieux qui exercent une double fascination attraction/répulsion.. Ces pieux aux pointes sont peintes de couleurs vives sont troublants car ils évoquent à la fois les crayons de couleurs, les aiguilles de séances vaudou mais aussi la torture, la douleur. Pascale Marthine Tayou se joue de nous et s’amuse à brouiller nos perceptions.

Alors que la pénombre s’installe dans la suite de l’exposition, la clarté se fait jour dans nos esprits. Nous approchons de ce « graal » africain, la grotte des « gri-gri ». Une succession d’œuvres qui symbolise ce qui anime l’humanité. La spiritualité, avec un autel des dieux, des poupées magiques, des diables.. La mort, les nourritures, et l’argent.

En invitant Pascale Marthine Tayou, Victoire de Pourtalès et Hélène Nguyen Ban sont particulièrement inspirées. Elles nous proposent tout d’abord un magnifique voyage spirituel, initient déjà l’esprit nomade d’une programmation à venir et se donnent toutes les chances d’écarter les mauvais génies. Nous souhaitons longue vie à VnH Gallery.

Pascale Marthine Tayou « GRI-GRI » jusqu’au 20 juin

Vnh Gallery, 108 rue Vieille du temple 75003 Paris http://www.vnhgallery.com

11110886_1558954737712207_2934244067343610110_n 11150405_1558954674378880_2544306459010593215_n

11156298_1558954777712203_6031236758892666786_n 14086_1558954954378852_1509919743280821352_n

1907643_1558954797712201_6082167875209833040_n 11012622_1558954677712213_2547517410817932952_n

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s